Interview de Benjamin ESBRAT

L'an passé tu encadrais les U12 qui évoluent à 8 , cette saison tu es en charge des U14 qui jouent à 11. La transition s'est-elle bien passé ?
"Je suis arrivé en 2017 au FC2A où j'étais éducateur du groupe U16 DH, avant cela j'ai entraîné deux saisons les U18 de l'Entente de la Cère. Donc le foot à 11, je connaissais déjà. J'ai découvert le foot à 8 l'an dernier, ce fut pour moi une expérience enrichissante. Le groupe U14 vit sa première saison à 11; dans ces conditions mon année de foot à 8 me permet de mieux accompagner la transition de mon effectif vers le jeu à 11."


Justement, que penses-tu de ton effectif ?
"Je peux compter sur un groupe de 16 joueurs U14. Parmi eux, 3 ont intégré le FC2A cette année. Malgré tout l'effectif reste assez restreint du fait que deux éléments sont régulièrement convoqués avec le groupe U15, ce qui m'oblige à piocher dans la catégorie inférieure. Depuis septembre, j'ai déjà utilisé six U13 qui ont su s'intégrer à mon groupe et ont répondu présent sportivement. Parmi eux, quatre joueurs participent à mes entraînements chaque semaine. Le groupe est sérieux, appliqué et assidu ; nous travaillons ensemble jusqu’à quatre fois par semaine pour les joueurs faisant partie de la section sportive.
De plus j'entretiens une bonne relation avec mes joueurs et je peux m'appuyer sur mon adjoint B.Hijano qui vivait déjà avec le groupe, la saison dernière."


Cette saison la poule U14 R1 se compose de cinq équipes auvergnates et de cinq formations rhônalpines. Quelle est ton point de vue sur cette nouvelle formule ?
"Avec cette formule, le foot auvergnat se confronte à de nouvelles formations. En ce qui me concerne, je constate l’écart de niveau avec les équipes rhônalpines qui ont un temps d’avance sur nous. La confrontation nous permet d’évoluer et de voir comment fonctionnent ces clubs qui ont des effectifs très homogènes. Au regard des bassins de populations et de la proximité des clubs professionnels cela n’est pas très étonnants.
Je constate, néanmoins, quelques points négatifs. D’abord, la géographie de la poule inflige de longs déplacements. Associé à la programmation des matchs le dimanche à 13h, ces déplacements rendent les week-ends des jeunes très chargés. Autre point noir de ce championnat, l’arbitrage des assistants varie selon les territoires, ce qui pose de vrais problèmes sportifs et moraux pour les effectifs."


Enfin quels sont tes objectifs pour la fin de saison ?
"C’est une année de transition où il est important d’avoir un groupe à l’écoute, elle permet à ces jeunes de vite prendre conscience des exigences du foot à 11 tant au niveau technique que tactique. C’est pour cela que différents objectifs me viennent à l’esprit tout             
d’abord continuer à travailler avec l’envie de performer, de se surpasser et de prendre en compte toutes les informations et les conseils qui leur sont  transmis.
Dans un deuxième temps, il faudra apprendre de nos « erreurs » de la phase aller. « Erreur » est un bien grand mot dans cette année d’apprentissage mais pour pouvoir avancer il faut savoir faire des constats. Accentuer sur un état d’esprit plus compétitif et sortir de sa zone de confort sont des éléments à revoir pour espérer finir dans la première moitié de classement et préparer au mieux l’année suivante. 
Enfin, il sera nécessaire de travailler tactiquement pour réussir à maîtriser deux systèmes  de jeu que les jeunes pourront utiliser sur du long terme."